Lancement officiel du Programme de récupération dans les supermarchés (PRS)

Lancement officiel du Programme de récupération dans les supermarchés (PRS)
Moisson Outaouais s’associe aux supermarchés dans la lutte au gaspillage alimentaire pour aider à combattre la faim en Outaouais.

Gatineau, le 28 avril 2016 – C’est avec énormément de fierté que Moisson Outaouais annonce aujourd’hui officiellement le déploiement de son tout nouveau Programme de récupération en supermarchés (PRS). Ce projet, qui fait figure de proue, vise autant l’amélioration de l’approvisionnement des banques alimentaires régionales que la lutte au gaspillage alimentaire. « Quand on considère que les demandes d’aide alimentaire sont en forte hausse depuis plusieurs années, et que tout le monde s’entend pour dire que le gaspillage alimentaire représente un enjeu et des défis majeurs pour notre société, comme en témoigne le fait que ce sujet est de plus en plus à la une ces dernières années, nous ne pouvons que nous réjouir. Nous sommes extrêmement reconnaissants envers les grandes chaînes d’alimentation et les supermarchés qui participent au PRS », mentionne M. Denis Dubeau, président du conseil d’administration de Moisson Outaouais.

« Bien que nous cherchions constamment à minimiser les pertes alimentaires dans nos magasins, la nature même de nos activités en occasionne inévitablement. Nous sommes donc très heureux de collaborer avec Moisson Outaouais afin que ces aliments soient redistribués et consommés par des personnes qui en ont besoin et du même coup réduire le gaspillage alimentaire », a déclaré Marie-Claude Bacon, directrice principale, service des affaires corporatives de Metro.

Le grand intérêt de ce programme réside dans la possibilité de récupérer la viande invendue – mais toujours propre à la consommation – dans les supermarchés du Québec en les congelant avant ou à la date Meilleur avant. La viande est en effet une denrée précieuse pour les organismes d’aide alimentaire, car elle est rare, dispendieuse et très nourrissante. Mais au bout du compte, toute une gamme de produits est aujourd’hui récupérée dans le cadre du PRS. La viande représente finalement un quart, en poids, de tout ce qui est récupéré à ce jour. « Mais il s’agît d’un 25 % très important, car on parle ici d’une moyenne de 1972 kg récupérés, par supermarché par mois au total, donc près de 500 kg de viande», de dire M. David Grégoire, coordonnateur des opérations chez Moisson Outaouais.

« Nos magasins Provigo et Maxi sont fiers de participer activement à la vie des communautés qu’ils servent, et nous sommes heureux d’élargir aux produits frais de qualité les denrées que nous remettons à Moisson Outaouais », se réjouit Serge Gauthier, directeur de district pour la bannière Provigo. « Nous sommes particulièrement heureux de voir que le projet pilote lancé en 2013 en partenariat avec Moisson Montréal s’étend aujourd’hui à la région de l’Outaouais afin d’aider à lutter contre la faim. »

Pour Mme Sonia Latulippe, directrice générale, « Nous n’en serions pas là aujourd’hui sans le travail colossal accompli par Moisson Montréal qui a fait preuve de beaucoup de vision et de leadership et a su convaincre et mobiliser tous les partenaires nécessaires pour mener à terme ce projet avant-gardiste, tant les sièges sociaux des grandes chaînes d’alimentation que les différents acteurs du réseau des banques alimentaires de la province». En effet, afin d’en arriver à faire accepter le projet et signer des ententes par les sociétés mères Metro et Loblaw, il a fallu développer tout un protocole des plus exigeants permettant d’offrir des garanties à plusieurs niveaux : hygiène et salubrité, respect de la chaîne du froid, traçabilité, tests bactériologiques, réemballage et ré-étiquetage, équipements spécialisés, formation systématique des nombreux intervenants, le tout, selon des normes strictes. Mais après un projet pilote ayant duré plus d’une année, le projet a été autorisé et Moisson Montréal s’est vu confier le mandat d’accompagner le déploiement du programme à travers le réseau des Banques alimentaires du Québec.

Déjà engagée dans la lutte au gaspillage alimentaire, Moisson Outaouais a immédiatement saisi la balle au bond et a sauté à pieds joints dans le projet, qui a nécessité des investissements dans les équipements nécessaires, dont un camion neuf de type cube réfrigéré, quelques centaines de bacs de grade alimentaire, une réemballeuse, des étiquettes, etc. Au total, c’est environ 100 000 $ qui ont été investis pour démarrer le programme. Ce programme a aussi nécessité l’embauche d’un nouveau chauffeur et l’apport considérable de bénévoles qui donnent un solide coup de main à toutes les semaines. Les coûts d’opération annuels du PRS se situent autour des 50 000 $. Pour cette première phase, Moisson Outaouais a bénéficié d’un don de 15 000 $ de la Fondation Jacques Francoeur et a puisé la balance des fonds nécessaires dans ses réserves.

En Outaouais, le PRS a débuté en octobre 2015 avec 2 supermarchés. Nous opérons aujourd’hui dans 6 épiceries de la région et nous passerons bientôt à 8, ce qui marquera la fin de la phase-1. Nous prévoyons alors pouvoir récupérer près de 16 000 kg par mois de denrées invendues, ce qui représente une valeur marchande de plus d’un million de dollars par année. C’est un approvisionnement très important, mais cela ne comble pas encore tous les besoins des milliers de demandeurs d’aide par mois en Outaouais et encore moins des milliers d’autres personnes qui passent leur faim dans le silence, deux fois plus nombreux que les premiers, sans recourir à l’aide de notre réseau.

L’objectif de développement désiré serait d’en arriver un jour à pouvoir récupérer dans tous les magasins de la région. Mais cette mise à l’échelle nécessiterait des investissements majeurs : agrandissement, acquisition d’équipements automatisés plus performants, plus de main-d’œuvre et un nouveau camion. De plus, nous estimons qu’au delà de 16 supermarchés, il y a risque de générer des surplus pour écouler dans notre réseau, voire des pertes éventuelles, surtout au niveau de la viande, car seuls les organismes faisant de la transformation alimentaire peuvent aujourd’hui la recevoir. Il serait alors approprié d’investir dans des opérations de transformation alimentaire afin d’accroître la capacité de transformation. Tous les organismes pourraient alors en bénéficier au maximum ainsi que tous les individus et familles en besoin.

À ce sujet, le rehaussement récent de 21 000 $ de la subvention annuelle dans le cadre du Programme de soutien aux organismes communautaires (PSOC) accordée à Moisson Outaouais par le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO), quoique dédiée à la mission globale, viendra directement soutenir une bonne partie de coûts d’opération supplémentaires annuels afférents au PRS. Par ailleurs pour souligner son 20ième anniversaire, le Casino du Lac-Leamy a décidé de faire don à Moisson Outaouais d’une somme de 20 000 $, somme qui servira de mise de fonds pour l’achat d’un nouveau camion réfrigéré.

Supermarchés participants :
• Maxi , 545, ch. Vanier (Aylmer)
• Maxi&Cie, 800, boul. Maloney Ouest (Gatineau)
• Provigo du Plateau, 1, boul. du Plateau (Hull)
• Provigo Le Marché, 375 ch. Aylmer (Aylmer)
• Super-C du Plateau , 65 boul. du Plateau (Hull)
• Super-C Carrefour du Casino, 725, boul. de la Carrière (Hull)
• (2 autres se rajouteront prochainement)

Ratios des catégories alimentaires reçues (après pertes) :
• Viande : 25 %
• Boulangerie : 22 %
• Fruits et légumes : 9 %
• Produits variés, secs et congelés : 44 % (incluant produits laitiers)
* Les pertes sont d’environ 5 % pour la viande et d’environ 1 % pour le reste.
Organismes bénéficiant présentement de la viande en vrac :
• Soupe populaire de Hull (2 succursales)
• Le Gîte-Ami
• Soupe populaire St-François-de-Sales
• Centre Mechtilde
• Maison des Oliviers B.R.A.S.
• L’Amicale des personnes handicapées physiques de l’Outaouais
• Avenue des jeunes, Héberge-Ado
• Adojeune
• Vallée-Jeunesse

À Propos du PRS
Le Programme de Récupération en supermarchés (PRS) est le premier du genre au Canada et propose une solution unique et durable aux problèmes de gaspillage et de précarité alimentaire avec la collaboration des bannières Provigo, Maxi, Métro, Super C et IGA. Moisson Montréal, qui a développé le modèle, a été mandaté par le réseau des Banques alimentaires du Québec pour coordonner le déploiement du PRS avec les autres Moisson à travers le Québec et veiller au respect des exigences des bannières pour la protection des consommateurs.

À Propos de Moisson Outaouais
Moisson Outaouais a pour mission d’assurer la sécurité alimentaire des personnes vivant des conditions socioéconomiquement difficiles, en partenariat avec ses organismes affiliés en Outaouais. Au cœur d’un vaste réseau d’entraide, la vision de Moisson Outaouais est d’être le leader régional dans sa mission d’assurer la sécurité alimentaire tout en soutenant le développement d’initiatives favorisant l’autonomie alimentaire des personnes. Plusieurs milliers de personnes par mois recourent à de l’aide alimentaire pour combler leurs besoins en nourriture, parmi lesquelles plus du tiers sont des enfants. La faim hypothèque leur croissance, leur santé et leur capacité d’apprentissage.

-30-

Source :
Christian Lortie
Directeur – Communications et collecte de fonds, Moisson Outaouais
Cellulaire : (819) 639-5959
Communications@MoissonOutaouais.com

Version PDF

Ce contenu a été publié dans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *