Courir pour Moisson Outaouais, une affaire de famille

Fin de semaine des courses Tamarack d’Ottawa

Les 25 et 26 mai derniers, six coureurs ont relevé le défi physique et psychologique d’une course en l’associant avec une collecte de fonds pour Moisson Outaouais.

Martin Gignac et Geneviève Michon en sont à leur première course. Amateurs de bons plats, la bonne chaire à aussi ses revers. C’est ensemble qu’ils ont donc décidé de s’entraîner en se fixant comme objectif de courir le semi-marathon. Ils ont été parmi les premiers à répondre à l’appel de Moisson Outaouais pour courir aussi pour la « cause ». Au fil d’arrivée, le chronomètre marquait 2:03 heures. Bravo et merci. Continuez vos bonnes habitudes santé.

Marie-Josée Lanthier en est à sa 2ème expérience du 10 km. Contrainte d’abandonner sa course au 7ème km l’an dernier, il lui a fallu beaucoup de courage et de détermination pour retourner en piste cette année. Les encouragements de sa famille ont joué pour beaucoup dans sa motivation. Ces encouragements, il faut dire aussi,  se sont traduits en une jolie somme de 415$ au bénéfice de Moisson Outaouais. Marie-Josée a terminé sa course en un temps de 1:06 sous les hourras scandés haut et fort par les membres de sa famille qui l’ont surpris au tournant du 9ème kilomètre.

Père et fils, Giorgio Vecco et Jonathan Latulippe-Vecco, sont de fiers supporters de Moisson Outaouais. Ils ont de quoi l’être, car l’épouse de l’un et la maman de l’autre est la directrice de Moisson Outaouais. La course à pied, c’est génétique dans la famille puisque déjà l’oncle coure allégrement un marathon en moyenne par mois. Nos deux coureurs ont choisi quant à eux de relever le défi du 10 km. Ils ont pris ensemble le départ, mais la nature étant ce qu’elle est, le jeune de 15 ans a eu tôt fait de distancer son père de 6 minutes chrono pour terminer sa course en 51 minutes. Du  point de vue financier, la collecte a été bonne puisque tous les deux ont dépassé leurs objectifs pour Moisson Outaouais, le père ayant récolté 635$, et le fils, 201$.

Voir l’admiration pour son papa dans les yeux de son enfant est un moment touchant de la course pour Denis Renaud qui a couru le 5 kilomètre. Les parents sont des modèles pour leurs enfants et Denis, en impliquant sa fille dans sa démarche, a réussi à lui  transmettre le goût de la course. On peut présager qu’ils prendront le départ ensemble, un jour. Pour Denis, une telle course transcende le sport car elle comporte la fierté du dépassement de soi. Voir ces milliers de gens courir le cœur en fête, quelle qu’en soit la raison, portés par les encouragements de la foule, procure un fort sentiment d’appartenance à une communauté saine et humaine. « C’est donc en pensant à la cause de Moisson Outaouais, à ma fille et à tous ceux qui m’entouraient que j’ai couru, en espérant que ma modeste contribution puisse aider à contrer le désespoir et la faim. »

Merci à nos coureurs!

Ce contenu a été publié dans