Front commun contre la faim, le Déjeuner du maire a un nouvel allié!

Photo: SIMON-SÉGUIN BERTRAND, LEDROIT

Photo: SIMON-SÉGUIN BERTRAND, LEDROIT

Moisson Outaouais, la St-Vincent-de-Paul et le Déjeuner du maire unissent leurs efforts pour contrer la faim en Outaouais

Moisson Outaouais, la banque alimentaire régionale, est très fière de s’associer pour la première fois à la St-Vincent-de-Paul et à la Corporation du Déjeuner du maire pour cette 21ième  édition du Déjeuner du maire.

Une fois par année, le Déjeuner du maire apporte joie et réconfort au cœur des foyers en leur offrant un panier de Noël.  Cette année, 1250 paniers seront ainsi confectionnés pour être donnés à des familles démunies de Gatineau.  Ce geste est louable et très important car la période des Fêtes représente une source de détresse et de stress financier pour de nombreuses familles dont les faibles moyens ne permettent pas le moindre écart budgétaire, même en cette période de réjouissance.  Pour Moisson Outaouais toutefois, la lutte contre la faim c’est 365 jours par année que ça se passe.  Concrètement, à chaque jour, c’est une tonne de nourriture qui est redistribuée aux personnes dans le besoin à travers un réseau de 25 organismes communautaires associés.

En tant que banque alimentaire régionale, Moisson Outaouais est le principal fournisseur de denrées destinées à l’aide alimentaire.  Bien que fondée en 2006, ce n’est que depuis 2011 que Moisson Outaouais assume pleinement son rôle de banque alimentaire régionale après avoir succédé à la Banque alimentaire d’Ottawa qui a desservi l’Outaouais pendant plus de 25 ans. Moisson Outaouais est ainsi la dernière née des 18 Moissons de la province faisant partie de Banques alimentaires Québec.

En Outaouais, on estime que 31 200 personnes seraient touchées par l’insécurité alimentaire dont 40% d’enfants.  Sur ce nombre, environ 9 000 personnes font appel  chaque mois à de l’aide alimentaire pour combler leurs besoins de se nourrir.  On compte des travailleurs à faible revenu, des personnes  malades et inaptes au travail.  Les familles monoparentales dont la cheffe est une femme comptent parmi les plus pauvres des familles.  Les personnes âgées qui n’ont que leur pension comme seul revenu ont de plus en plus recours aux banques alimentaires.  La faim a des conséquences désastreuses sur le plan de la santé physique et mentale des personnes ainsi que pour les coûts sociaux que cela engendre sur  l’ensemble de notre système.

En prenant le relais de la Banque alimentaire d’Ottawa pour approvisionner les organismes de la région en denrées alimentaires, Moisson Outaouais a dû relever de grands défis à un moment où les demandes d’aide atteignaient un sommet.  De nombreux efforts ont été consentis déjà afin de répondre aux besoins au niveau requis.  Ces efforts doivent se poursuivre et même être accrus car on observe, en effet, une nouvelle hausse des demandes auprès de tous les organismes d’aide de la région, consultés à ce sujet.

En joignant le Déjeuner du maire en cette période où la population se montre des plus généreuses, nous souhaitons rappeler à la communauté que la faim c’est 365 jours par année.   Ensemble faisons reculer la faim, faisons en sorte que dans notre région, toute personne qui a faim puisse trouver nourriture et réconfort pour soulager ses maux tout au long de l’année.  Donner c’est partager!

Ce contenu a été publié dans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *