La période estivale est synonyme de vacances pour plusieurs. Or, la faim elle ne prend pas de vacances ! À longueur d’année, c’est plus de 24 200 personnes de la région de l’Outaouais qui se tournent vers Moisson Outaouais et ses organismes affiliés pour manger à leur faim. 

C’est le cas de Fanny qui doit s’adapter à un nouveau mode de vie. Il y a maintenant plus d’un an, à l’aube de ses quarante ans, on lui annonce qu’elle est atteinte d’une maladie dégénérative, ce qui l’amène à quitter son emploi à temps plein en tant qu’éducatrice à l’enfance. Pour quelques semaines seulement, elle recevra des prestations de l’assurance-emploi afin de l’aider à affronter cette abrupte réalité. Or, elle réalise rapidement que ce sera insuffisant pour pallier l’augmentation de ses dépenses reliées aux médicaments, à l’équipement médical, mais surtout à ses besoins de base. À la lumière de ce second chapitre de vie, Fanny se rend à l’évidence, elle doit couper dans sa facture d’épicerie et se tourner vers la banque alimentaire de son quartier afin de subvenir à ses besoins en nourriture. Cette aide lui donnera un répit en attendant qu’elle se réoriente financièrement.  

Ce n’est qu’une seule histoire parmi toutes celles qui nous ont été racontées par les bénéficiaires de nos organismes dévoués.

Multipliez le montant de votre don par 10 pour connaître la valeur réelle de l’aide alimentaire que vous offrirez à une famille de la région.

Saviez-vous que chaque mois, en Outaouais, plus de 700 personnes qui ont recours à l’aide alimentaire sont des bénéficiaires de l’assurance-emploi ?

L'impact de votre contribution

Combler un besoin essentiel

Indispensable à la survie, manger est un besoin humain fondamental. Lorsqu’une personne se trouve en situation de vulnérabilité, les dépannages alimentaires offrent une solution immédiate pour fournir une nutrition adéquate.

Rassembler la communauté

Pour les personnes seules, les soupes populaires procurent un lieu de rassemblement. Durant le temps des Fêtes, se retrouver autour d’un repas chaud favorise les discussions et les rencontres, tout en brisant la solitude. En travaillant ensemble pour contrer la faim, ces organismes partagent l’objectif commun de créer un tissu social plus fort et résilient.

Prôner la justice sociale

L’accès à la nourriture est un droit vital qui contribue à un monde plus juste et solidaire. Dans le cas des personnes en situation d’itinérance, les centres d’hébergement leur offrent non seulement des repas, mais aussi réconfort, sécurité et bienveillance tout en les outillant pour améliorer leur qualité de vie.

Atténuer le stress psychologique, physique et financier

Les temps froids de l’hiver peuvent être plus coûteux pour les familles à faible revenu. C’est pourquoi les maisons de la famille agissent comme carrefour pour renforcer le nid familial. Elles deviennent, entre autres, la porte d’entrée vers d’autres ressources telles qu’apprendre à cuisiner pour satisfaire les besoins nutritionnels des enfants.